Navigation

Plan du site
Notre évêque » Évêques prédécesseurs »
Évêques prédécesseurs : 

Mgr Gérard Dionne

Quatrième évêque d'Edmundston

(23 novembre 1983-20 octobre 1993)


P. Dionne avec ses parents
et son frère Basile après
sa première messe

Mgr Gérard Dionne est né à Saint-Basile, le 19 juin 1919, du mariage d'Aurèle Dionne et d'Octavie Pelletier. La famille compte dix enfants, dont neuf sont vivants au moment du sacre de Mgr Dionne : Camille et Elzéar de Saint-Jacques au Madawaska, Zoël de Welland, Ontario; le Père Basile, retiré à Angus Falls, Ontario; Benoît d'Edmundston; Mme Jos Arseneault (Eugénie) de Clayton, New York; Mme Adalbert Ouellet (Rose-Aimé) d'Edmundston et Luce, qui demeure au Colorado. Un frère Alexandre, est mort accidentellement à l'âge de 28 ans.

Mgr Dionne fait ses études primaires à Dégelis au Québec et à l'Académie Conway d'Edmundston. De 1936 à 1944, il fait son cours classique à Saint-Victor de Beauce et obtient son B.A. de l'Université Laval. De 1944 à 1948, Mgr Dionne étudie la théologie au Grand Séminaire de Halifax. Ordonné prêtre le 1er mai 1948, il est docteur en droit canonique.

De 1948 à 1956, le Père Dionne est vicaire à la paroisse Notre-Dame des Sept-Douleurs d'Edmundston. De 1956 à 1960, il est aumônier des Soeurs Maristes et des Servantes du Très Saint-Sacrement.


Comme étudiant à
Rome, il rencontre le
Pape Jean XXIII


De 1960 à 1963, il étudie le droit canonique à l'Angelicum de Rome en Italie. Il termine avec un doctorat.

À son retour, il devient aumônier de l'Hôtel-Dieu de Saint-Basile et professeur au Collège Maillet. En 1964, il publie une thèse sur la situation de l'Église en Amérique Latine. En 1967, il est nommé directeur de l'Office catholique pour l'Amérique Latine à Ottawa au service de la Conférence des évêques catholiques du Canada. En 1971, il devient second curé de la paroisse Notre-Dame des Sept-Douleurs d'Edmundston, succédant à Mgr Numa Pichette.

Sacre de Mgr Gérard Dionne

C'est dans la joie et la prière que Mgr Gérard Dionne, évêque auxiliaire de Sault-Sainte-Marie et titulaire de Garba, ex-curé de la paroisse de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, est consacré évêque par Mgr Alexandre Carter, évêque de Sault-Sainte-Marie, le mardi 8 avril 1975 en fin d'après-midi dans l'église d'Edmundston-Est.

Les cérémonies sont remplies de joie et de simplicité. En plus du principal consécrateur Mgr Alexandre Carter, les co-consécrateurs sont Mgr Fernand Lacroix, c.j.m., évêque d'Edmundston, Mgr Jean-Marie Fortier, archevêque de Sherbrooke et président de la Conférence catholique canadienne, en plus de 19 autres évêques présents. Près de 200 prêtres, de nombreux religieux, religieuses et fidèles assistent également à cet événement religieux.

La cérémonie du sacre se devise en 5 parties :

1) Ouverture de la célébration : Sous le chant « Peuple de rois », la procession des évêques et des prêtres se déplace de la nef vers le choeur. Cette première partie composée surtout de prières est animée par Mgr Carter.

2) Liturgie de la parole : La lecture du livre d'Isaïe est faite par Mme Clarence Martin, du conseil paroissial de Notre-Dame des Sept-Douleurs. En anglais, M. Lawrence Fyfe, un paroissien responsable des relations publiques aux Compagnies Fraser lit la seconde lettre de Paul à Timothée. L'Évangile selon saint Jean est lue par le Père Basile Dionne, curé de Timmins en Ontario et frère du nouvel évêque. Mgr Carter donne l'homélie.

3) Ordination épiscopale : Cette partie, la plus importante de la cérémonie débute au moment où le célébrant et la foule entonnent le Veni Creator. Le mandat apostolique signé par le cardinal Jean Villot, secrétaire d'état du Pape, est lu en français par le Père Eugène Lacourcière, vicaire général au diocèse de Sault-Sainte-Marie et en anglais par le Père R.J. Van Beckel, chancelier de ce même diocèse. Au moment du chant des litanies des saints, Mgr Dionne se prosterne devant l'autel. Suit ensuite l'imposition des mains par tous les évêques, l'onction sur la tête du nouvel évêque, la remise des Évangiles et l'investiture où l'on remet à Mgr Dionne la croix pectorale, l'anneau, la mitre et le bâton pastoral.

4) Liturgie eucharistique : Mgr Gérard Dionne préside lui-même la célébration de l'eucharistie. Le nouvel évêque ainsi que Mgr Carter, Mgr Jean-Marie Fortier et Mgr Fernand Lacroix distribuent la communion.

5) Rite de conclusion : Mgr Dionne reçoit les hommages de Mgr Lacroix, du maire Gérard Thibaudeau, M. René Fortin, Mlle Émilia Ouellet et de M. Jacques Albert. Il fait ensuite son message d'adieu et la cérémonie se termine par une bénédiction spéciale du nouvel évêque.


Première photo
comme évêque
(8 avril 1975)

Lorsque le nouvel évêque est présenté au peuple de Dieu, il reçoit une vibrante et longue ovation. Un moment touchant de la célébration fut lorsque Mgr Dionne reçut le baiser de paix de ses confrères évêques et spécialement de Mgr Camille-André LeBlanc, évêque émérite de Bathurst qui l'avait accueilli comme séminariste 30 ans plus tôt. Ce fut également émouvant lorsque Mgr Plourde, archévêque d'Ottawa, le premier Madawaskayen à devenir évêque, félicita le nouvel évêque.

En plus de Mgr Carter, Lacroix et Fortier, on note la présence des évêques suivants : Bruno Desrochers, Sainte-Anne-de-la-Pocatière; Jacques Landriault, Timmins; Camille-André LeBlanc et Edgar Godin, Bathurst; Norbert Robichaud et Donat Chiasson, Moncton; Hayes, Halifax; Arthur J. Gilbert, Saint-Jean, N.-B.; Roger Despatie, Hearst; Jules Leguerrier, Moosonee; O'Leary, Portland, Maine; Robert Lebel, Saint-Jean, Qc; Louis-de-Gonzague Langevin, Saint-Hyacinthe; Bertrand Blanchette, Gaspé; Bernard Pappin, auxiliaire de Sault-Sainte-Marie qui sera ordonné peu après; Austin Burke, Yarmouth; Marius Paré, Chicoutimi; J.-Aurèle Plourde, Ottawa et le nouvel évêque Mgr Gérard Dionne

(Extrait du journal Le Madawaska, 16 avril 1983)

Auxiliaire à Sault-Sainte-Marie, le nouvel évêque s'est particulièrement occupé des paroisses franco-ontariennes et des différentes ethnies.

Dans ce diocèse de l'Ontario depuis avril 1975, Mgr Dionne s'occupe d'une population cosmopolite mais surtout des franco-ontariens. On y parle de 20 à 25 langues. « Avec les 85 000 Canadiens français de ce grand diocèse, j'ai eu un clergé absolument fantastique. Je ne pense pas qu'il y ait ici un seul accroc. Je pars réellement avec beaucoup d'amis. Ce sera un arrachement à ce niveau. J'ai aimé l'Ontario. » Mgr Dionne parle d'un diocèse vivant et d'un coin de pays où il fait bon vivre.

Le nouvel évêque d'Edmundston est reconnu pour son franc parler et son intérêt pour les mouvements comme le scoutisme et le guidisme. Il doit venir à Edmundston en décembre, pour établir un premier contact avec ses prêtres.

(Extrait du journal Le Madawaska)

Installation de Mgr Dionne

La cathédrale Immaculée-Conception d'Edmundston, occupée par 1 234 personnes, voit le soleil de janvier percer ses 68 vitraux au moment où le premier fils du diocèse, né et élevé ici, en fin d'après-midi de mardi le 23 janvier, reçoit la charge épiscopale du peuple diocésain d'Edmundston.

Devise

Évêque auxiliaire de Sault-Sainte-Marie depuis 1975, Mgr Dionne n'avait pas encore choisi de devise épiscopale. Il insiste qu'une telle devise est plus au coeur qu'au niveau de la pensée. Après consultation, il choisit cette parole de Joseph à ses frères : « Je suis votre frère. » Premier Madawaskayen à accéder au siège épiscopal d'Edmundston, il explique le sens de sa devise :


Installation de
l'évêque d'Edmundston
(23 janvier 1984)

« Je viens d'ici. Je suis réellement votre frère. Mes soeurs, mes frères demeurent ici. Je suis de cette famille humaine. Né à Saint-Basile, et élevé à Edmundston, je vous considère comme mes frères et mes soeurs. Le fait d'être le père du diocèse ne m'empêchera pas de continuer à être votre frère. Je ne viens pas pour dominer ou en grand personnage. Je veux que vous sachiez que c'est un des vôtres qui revient. » Il revient pour exercer un rôle spécial de pasteur et de père parmi vous. Il ne vient pas avec un titre, mais bien avec son coeur, son passé, son espérance et son affection pour vous.

Le représentant du pape au Canada, Mgr Angelo Palmas, vient spécialement d'Ottawa pour présider à cette installation canonique. Mgr Donat Chiasson, archevêque de Moncton, présente le nouvel évêque d'Edmundston au peuple. La procession des 32 évêques et d'une centaine de prêtres impressionne.

Le Père Alfred Ouellet, curé de Saint-Joseph et consulteur diocésain, lit la bulle de nomination, une lettre apostolique qui confère à Mgr Dionne la charge du diocèse d'Edmundston. Ensuite, Mgr Palmas et Mgr Donat Chiasson reconduisent Mgr Dionne à son siège épiscopal.

Le nonce apostolique, Mgr Angelo Palmas, prend la parole dès l'installation complétée. Il transmet de très vives félicitations à Mgr Dionne et dit au peuple : « Votre frère, votre pasteur » Citant son expérience épiscopale de neuf ans en Ontario, il ajoute : « Vous apportez ici le trésor de votre âme épiscopale qui brûle de zèle. »

Dans son message, Mgr Dionne dit : « Comme à Abraham, Dieu me dit un jour : 'Va dans le pays que je te montrerai' »... Ce fut Sudbury! Plus tard, comme à Jacob, Dieu m'a dit : 'Retourne au pays de tes pères'... J'ai dit : 'En plein hiver ??'... On m'a envoyé, me voici, je viens pour vous aimer. »

De son tempérament humoristique, Mgr Dionne est passé à un message pastoral destiné à son clergé, ses fidèles, son peuple, les jeunes. Il signale que le chiffre 23 en est un à retenir :

« Le 23 novembre dernier, vous receviez l'annonce de ma nomination, comme votre évêque, aujourd'hui, 23 janvier 1984, une autre lettre du pape vous est lue pour m'installer comme votre évêque. Décidément, le 23 n'est pas votre date chanceuse. »

Mgr Dionne, qui prend résidence au Centre diocésain, ajoute que de là, il « verra la terre qui recouvre jusqu'au Grand Réveil les dépouilles de mes vieux parents, tout comme la fumée de vos cheminées qui me révèleront votre vie familiale. Ce n'est pas une figure de style de dire que je suis l'un des vôtres, sang de votre sang, chair de votre chair. Contrairement aux frères de Joseph, vous ne m'aviez pas vendu aux Égyptiens—vous m'avez prêté à l'Ontario. Je reviens et vous me reconnaissez car je suis votre frère ».

Réalisations

Une tâche inattendue se présenta au nouvel évêque. La visite du Pape est annoncée pour le mois de septembre suivant et le diocèse doit partager le coût de la réception avec les autres diocèses de la province du Nouveau-Brunswick. La part du diocèse d'Edmundston s'élève à un peu plus de 90 000,00$. De plus, des réparations majeures s'imposent au Centre diocésain évaluées à au moins 250 000,00$. Il faut donc trouver un montant de près de 400 000,00$ bientôt. Le premier devoir de l'évêque est d'organiser une collecte pour ce montant le plus vite possible. Avec la bonne volonté et la générosité des diocésains et l'aide des Chevaliers de Colomb pour recueillir les fonds, on réussit à atteindre l'objectif dans une journée sans grande organisation et avec à peine 2 000,00$ de dépenses. Cela permet de payer la contribution à Moncton qui reçoit le Pape au nom des évêques de la province et de faire les réparations au Centre diocésain.

Un autre besoin pressant est la question des vocations. Avec une lettre pastorale sur le sujet, une année spéciale est lancée pour inviter toutes les paroisses, les familles, les écoles à réfléchir sur la commune responsabilité de donner des prêtres et religieuses nécessaires à la pastorale locale.

Pour permettre aux fidèles de mieux connaître leur religion, pour préparer des personnes à jouer un rôle plus étendu dans les paroisses et le diocèse, pour prévoir le temps venu l'ordination de laïcs comme diacres permanents, une École de la Foi est mise sur pied : une organisation qui assure des sessions de cours populaires de sciences religieuses au rythme de huit rencontres de deux jours par année au Centre diocésain. Depuis dix ans, avec le concours des Eudistes et de prêtres, de religieuses et de laïcs de la région, des centaines de fidèles suivent des cours et répondent à leurs questions concernant la foi et la vie spirituelle.

Pendant que des sessions se donnent en français à Edmundston, de semblables cours sont offerts pour les anglophones à Aroostook par le Père Léo Grégoire. Ainsi, les deux secteurs français et anglais du diocèse ont les mêmes avantages et services.

Quand suffisamment de personnes furent bien préparées pour donner leur opinion sur les besoins de l'Église diocésaine, un Synode diocésain est lancé : soit « la réunion de délégués, de prêtres et fidèles choisis pour apporter leur concours à l'Évêque diocésain pour le bien de la communauté diocésaine toute entière. » Cette entreprise colossale dure trois années et se termine par quatre journées de prise de décisions au Centre diocésain avec 120 délégués. Le Synode veut donner une orientation à la pastorale du diocèse durant les années futures.

Tout comme pour l'École de la Foi, le secteur anglais a lui aussi son Synode avec les mêmes documents et questions, mais adaptés à ses besoins particuliers. Une session finale a lieu à Grand-Sault pour les décisions à voter. Les recommandations retenues par les délégués sont publiées dans les deux langues et distribuées aux fidèles.

Mgr Dionne publie durant son mandat en français et en anglais : deux lettres pastorales sur les vocations, une en 1984 et une autre en 1990; une lettre pour lancer le Synode le 19 mars 1987 et une autre pour l'année mariale spéciale le 9 juin 1987.

Comme tout nouvel évêque doit le faire en arrivant dans son diocèse, Mgr Dionne voit à la réorganisation des Conseils et des Comités diocésains dès ses premiers mois à Edmundston.


Les trois derniers évêques d'Edmundston, lors de la consécration
épiscopale de Mgr François Thibodeau c.j.m. : Mgr Dionne,
Mgr Thibodeau et Mgr Lacroix.


Après dix années de service d'une population sympathique et collaboratrice, Mgr Gérard Dionne se dit heureux de laisser la direction à un plus jeune et si prometteur évêque, Mgr François Thibodeau qui ne ménage ni son temps, ni les rencontres ni sa santé pour redonner au petit diocèse d'Edmundston un élan plein d'espérance et de promesses.


Mgr Gérard Dionne
Le 24 février 2007, La Fondation Saint-Louis-Maillet a réussi un bénéfice record de 27 000$ pour son onzième bien-cuit. Pour la première fois de son histoire, la Fondation choisissait une personnalité écclésiastique comme victime en la personne de l'évêque émérite du Diocèse d'Edmundston, Mgr Gérard Dionne. Les quatre rôtisseurs ont pris plaisir à rôtir leur victime mais la réplique a vite inversé les rôles, ce qui a bien plu aux 500 convives présents à ce bien-cuit.
-Article (du journal Le Madawaska—28 fév. '07) 
-Bénédiction du repas, par Mgr François Thibodeau 


Le 28 octobre 2006, le Conseil d'état des Chevaliers de Colomb du Nouveau-Brunswick remettait à un ancien Aumônier d'état, Mgr Gérard Dionne, évêque émérite d'Edmundston, la plus prestigieuse décoration de leur Ordre : la Médaille de mérite. (Détails )




Mgr Gérard Dionne et
R/Marie-Jeanne Levesque,
présidente du Club
Richelieu Edmundston
Le 29 mars 2006 : Le Club Richelieu Edmundston a profité de la Semaine Richelieu pour nommer Mgr Gérard Dionne au titre de personnalité Richelieu 2006. (Détails )

Lettres pastorales et publications

Le diocèse d'Edmundston a 40 ans 
25e anniversaire d'épiscopat de Mgr Gérard Dionne — 5 avril 2000 
Lettre pastorale sur les vocations — 6 mai 1990 
Lettre pastorale—année mariale 1987-1988 — 9 juin 1987 
Lettre pastorale—Un Synode diocésain — 19 mars 1987 
Lettre pastorale sur les vocations — 25 novembre 1984 


Petite histoire

© Mgr Gérard Dionne, 1995


Je Suis Votre Frère

© Éditions Anne Sigier
2e trimestre, 2004


En toute fraternité...

© Éditions Anne Sigier
4e trimestre, 2013


Pour se procurer ces volumes, s.v.p. contacter le Centre Diocésain.


Référence : Livre-souvenir à l'occasion du 50e anniversaire de la fondation du diocèse d'Edmundston publié par la Revue de la Société Historique du Madawaska (vol. XXIII, numéros 1, 2, 3 et 4), 1995.

Photos : contribution

Évêques prédécesseurs :