Navigation

Plan du site
Zones pastorales »

Paroisse

Notre-Dame-des-Prodiges

(Kedgwick)


Érigée :
Population :
Familles :
1910
1 876
820


UNITÉ PASTORALE DE KEDGWICK ET
SAINT-JEAN-BAPTISTE


Membres de l'équipe d'animation pastorale

P. Ernest Dumaresq, c.j.m., modérateur
Sr Viola Côté, f.m.a.
Mme Nicole Babineau, Mme Marie-Ange Bernatchez, Mme Gisèle Boudreau,
M. Noël Couturier, M. Camil Desjardins et Mme Solange Tremblay

Presbytère

92, rue Notre-Dame, Kedgwick, NB  E8B 1H6
Tél. : (506) 284-2081
Téléc. : (506) 284-2136
Courriel :

Résident : P. Ernest Dumaresq, c.j.m.
Prés. du C.P.P. : (à déterminer)
Prés. du C.P.A.É. : M. Albert Ouellet (506) 284-2876

Feuillet paroissial 

Célébrations Eucharistiques

Dimanche : 10h30

Avant 1915, la paroisse religieuse de Kedgwick est desservie par des prêtres du diocèse de Bathurst. De 1907 à 1911, on y célèbre la messe un peu partout : dans la forêt, les maisons et même les granges. En 1911, Mme Joseph Girard donne une terre avec un camp en bois rond à la paroisse. Ce camp devient la première chapelle qui sert durant un an avant la construction de la chapelle en planche érigée en 1912. Cette petite chapelle abrite une cloche de 450 livres, obtenue de Sainte-Angèle au Québec.

Plusieurs prêtres se succèdent dans cette chapelle dont les abbés J. Arthur Melanson, B.J. Murdoch, Eudore Martin et Auguste Allard, venant y célébrer les messes dominicales à l'occasion ainsi que les baptêmes, mariages et funérailles.

C'est en 1915 que la paroisse accueille son premier curé résident, le Père Jean-Baptiste Thibault. Il s'y installe pour 25 ans jusqu'au 7 mars 1940, date de sa mort. Tous s'entendent pour dire qu'il est un saint homme. Pour le Père Thibault chaque cérémonie religieuse se doit d'être célébrée d'une façon exemplaire. C'est pour cette raison que six mois après avoir célébré un mariage en 1916, il fait revenir le couple à l'église et reprend avec la plus grande discrétion possible, la cérémonie complète, car dit-il on a oublié une partie très importante.

Le Père Camille Leclerc succède au Père Thibault en 1940 et entreprend de terminer la construction d'une église commencée en 1924. Il fait aussi bâtir une église à White's Brook en 1949, car cette petite paroisse est desservie par le curé de Kedgwick. Il installe aussi les religieuses dans le presbytère et en construit un nouveau en 1943.

L'abbé Thomas Beaulieu remplace le Père Leclerc en 1951 et séjourne à Kedgwick jusqu'en 1954. C'est durant cette dernière année que le feu détruit complètement l'église, terminée quelque 10 ans plus tôt. Cette perte est immense mais le Père Beaulieu explique aux paroissiens et tous y croient, que l'église étant la plus belle du diocèse, Dieu permet qu'elle brûle pour éprouver l'humilité des paroissiens.

En 1954, arrive un nouveau curé, le Père Narcisse Gagnon. La messe étant célébrée dans la salle paroissiale depuis la perte de l'église, il s'empresse de commencer une cueillette de fonds pour rebâtir une nouvelle église. Mgr J.-Roméo Gagnon y bénit la pierre angulaire en 1956. Le Père Gagnon organise aussi les fêtes du 50e anniversaire de la paroisse. Il marque la paroisse par sa grande culture et en initiant les paroissiens au chant grégorien. Le Père Benjamin Saindon succède au Père Gagnon en 1969 jusqu'en 1973. Celui-ci se fait remarquer par sa grande piété et sa disponibilité aux malades. Il profite de ses moments libres pour bricoler ; ainsi change-t-il tout l'intérieur du presbytère et du sous-sol de l'église.

En 1973 la paroisse accueille un nouveau curé, le Père Armand Plourde qui s'y installe pour 19 ans. Le Père Plourde est celui qui accompagne ses paroissiens dans leurs loisirs, leur vie familiale et communautaire et qui donne toujours un sens chrétien à toute activité dans laquelle il s'engage. Son engagement au sein de la paroisse est total. C'est en 1990 que la paroisse religieuse fête son 75e anniversaire. Le Père Plourde contribue grandement à ces festivités, principalement en y célébrant pour l'occasion une messe en latin avec chants grégoriens, comme à l'époque.

Les paroissiens le surnomment « l'Homme du peuple »; titre qu'il peut porter avec honneur.

Le Père Plourde est remplacé en 1992 par le Père Gabriel Friolet, c.j.m., eudiste dont le dévouement est un trésor pour les paroissiens. Il se fait l'apôtre du pauvre, du délaissé, du marginal. Son sens de l'esthétique se porte sur la décoration intérieure de l'église. Ainsi pouvons-nous apprécier une église entièrement rénovée où il fait bon s'y recueillir.

Les paroissiens de Kedgwick ont été témoins du passage de plusieurs prêtres dans les années 1990. Après le départ du Père Friolet en 1995, c'est le Père Pierre Thibodeau qui le remplaça jusqu'en 1997. Pères Ghislain Rémillard et Yvon Ouellet furent administrateurs jusqu'à l'arrivée en 1999 du Père Eymard Duguay, c.j.m. Durant son mandat, une magnifique clôture a été érigée autour du cimetière. Père Duguay a valorisé les messes familiales en lien avec la catéchèse paroissiale, celles-ci ont lieu encore de nos jours. Il nous quitta en août 2002 afin de réaliser son rêve d'oeuvrer au sanctuaire de Lourdes en France et fut remplacé par le cadet des prêtres du diocèse, Père Ivan Thériault.

Notre-Dame-des-Prodiges de Kedgwick regarde l'avenir avec espérance. Le Père Ivan, son équipe de pastorale et tous ses comités veulent unir leurs forces afin de continuer l'annonce de l'Évangile là où Dieu leur fait signe.

Pasteurs et administratrices depuis 1995 :

mars 1995-août 1995 : 
1995-1997 :
1997 :
1997-1998 :
1998-1999 :
1999-2002 :
2002-2007 :
2007-.... :
Mme Gisèle Boudreau, administratrice
P. Pierre Thibodeau, curé
P. Ghislain Rémillard, administrateur
Mme Carole Paquet, administratrice
P. Yvon Ouellet, administrateur
EPP* (P. Eymard Duguay, c.j.m., modérateur)
EPP* (P. Ivan Thériault, modérateur)
EPP* (P. Ernest Dumaresq, c.j.m., modérateur)

*Équipe de pastorale paroissiale


Référence : Livre-souvenir à l'occasion du 50e anniversaire de la fondation du diocèse d'Edmundston publié par la Revue de la Société Historique du Madawaska (vol. XXIII, numéros 1, 2, 3 et 4), 1995.

Photo : Jacques G. Albert