Navigation

Plan du site
Zones pastorales »

Paroisse

Saint-Joseph


Érigée :
Population :
Familles :
1919
1 400
400


UNITÉ PASTORALE DE ST-JACQUES ET ST-JOSEPH

Membres de l'équipe d'animation pastorale

P. Claude Côté, c.j.m., modérateur
Mme Rina Bossé, Mme Normande Morin, Mme Rina Roussel,
Mme Thérèse Toussaint, Mme Normande Turgeon et Mme Nicole Volpé

Presbytère

554, Chemin Toussaint, Saint-Joseph, NB  E7B 2T8
Tél. : (506) 735-5929
Téléc. : (506) 735-5979
Courriel :

Président du C.P.P. commun : M. Yvon Levesque (506) 735-8178
Président du C.P.A.É. et gérant : M. Gilles P. Ouellette (506) 736-6935

Feuillet paroissial 

Célébration Eucharistique

Samedi : 19h00

Le premier établissement dans les limites de la paroisse actuelle de Saint-Joseph remonte à 1860 environ, au temps même où le territoire de la future paroisse de Saint-Jacques est érigé en mission desservie par Saint-Basile. Saint-Jacques comprend alors « les deux rives de la rivière Madawaska, de la frontière du la province de Québec à un mille de la rivière Saint-Jean, avec une concession adjacente » (Mgr Dugal). Lorsqu'en 1872 la future paroisse d'Edmundston est à son tour érigée en mission, aussi desservie par Saint-Basile, la partie sud actuelle de Saint-Joseph y est rattachée.

Il en est ainsi jusqu'en 1914, alors que les habitants de la concession décident de se construire une chapelle. Toutefois, le projet de construction de la chapelle ne se réalise pas pour cinq ans encore, à cause de manque de fonds et, surtout, d'une mésentente entre le curé Babineau de Saint-Jacques et les habitants de la mission au sujet du choix d'un site.

En 1919, l'évêque de Chatham ordonne la réunion des deux concessions de Saint-Jacques et d'Edmundston en une seule mission et confie au curé William J. Conway d'Edmundston la charge de la desservir et d'y faire construire une église. Celui-ci a l'occasion de commencer à mettre en valeur les exceptionnels talents de diplomate et de bâtisseur qui doivent par la suite le caractériser au cours de sa longue et fructueuse carrière. Il convoque les habitants à une réunion générale le 20 juillet 1919, afin selon le compte-rendu détaillé de cette mémorable assemblée, de ... « consulter les futurs administrés »... et « ... avoir leur opinion... » sur le chatouilleux problème du site de la future église. Monsieur le curé Conway les consulte si bien que les futurs administrés refusent par vote à main levée trois terrains offerts gratuitement pour en acheter un au coût de cent cinquante dollars... « et l'assistance manifeste son approbation par des applaudissements et des cris de joie. » Monsieur Conway se dit alors très satisfait du choix de ce site qui, heureuse coïncidence, est précisément celui qu'il préfère. Ici, l'auteur s'abstient presqu'à regret de philosopher un peu sur les exceptionnels pouvoirs de persuasion qui possèdent certains hommes; mais il se hâte d'ajouter qu'en fait ce choix est des plus heureux, car l'église de Saint-Joseph, parfaitement bien située en plein centre des cette vaste paroisse, domine un des plus pittoresques paysages du Madawaska.

Une fois l'unanimité faite, les paroissiens de Saint-Joseph montrent un enthousiasme remarquable dans la construction de leur église - la sacristie actuelle - qui est terminée en novembre de la même année 1919. La première messe y est célébrée le 9 de ce mois par le curé Conway.

L'abbé Conway et ses vicaires - successivement les abbés Albert Lynch, Aurèle Godbout et Alfred Lang - desservent la mission jusqu'en 1924, alors qu'elle est canoniquement érigée en paroisse. Entre temps, monsieur le curé Conway fait construire le presbytère et l'extérieur de l'église actuelle.

Le curé Patrice Violette fait terminer l'intérieur du presbytère. L'abbé Alfred Lang fait construire une chapelle-école au Deuxième-Sault de la Rivière-Verte et prend une part active à l'établissement, au nord de la paroisse, d'une nouvelle colonie, qui, malheureusement, ne doit durer que ce que durent les colonies, l'espace d'une crise économique. L'abbé Louis Cyr est curé pendant qunize ans. Il fait terminer l'extérieur du presbytère et construire la salle paroissiale. Surtout il parachève l'intérieur de l'église. De goût heureux, il sait conserver à cet édifice de 500 sièges, au style gothique, ce cachet pieux qui y favorise le recueillement et la prière et qui le rend très apprécié des paroissiens. Sous l'administration des abbés Albert Daigle et Irenée St-Amand la paroisse, maintenant organisée au point de vue matériel, prend l'essor spirituel qui se continue encore sous la direction du curé Claude Lévesque.

En 1960, monsieur le curé Claude Levesque fit construire une nouvelle chapelle au Deuxième-Sault de la Rivière-Verte pour remplacer celle bâtie par l'abbé Cyr, mais devenue beaucoup trop petite. La chapelle aux lignes un peu radicales, contient 150 sièges et, en plus de répondre aux besoins religieux de cette section de la paroisse, ajoute un cachet particulier au décor si enchanteur de cette région.

Curés de la paroisse de Saint-Joseph :

1919-1924 : 
1924-1927 : 
1927-1932 : 
1932-1947 : 
1947-1952 : 
1952-1957 : 
1957-1971 : 
1971-1979 : 
1979-1988 : 
1988-1994 : 
1994-1999 : 
1999-2007 : 
2007-2016 : 
Mgr W.J. Conway, curé fondateur
P. Patrice Violette
P. Ernest Lang
P. Louis Cyr
P. Albert Daigle
P. Irénée St-Amand
P. Claude Levesque
P. Félix Poitras
P. Alfred Ouellet
P. Laurent Nadeau
P. Claude Clavet
Équipe de pastorale paroissiale (P. Claude Clavet, modérateur)
Équipe de pastorale paroissiale (P. Claude Côté c.j.m., modérateur)

Référence : Livre-souvenir à l'occasion du 50e anniversaire de la fondation du diocèse d'Edmundston publié par la Revue de la Société Historique du Madawaska (vol. XXIII, numéros 1, 2, 3 et 4), 1995.

Photo : contribution